Le marché automobile se porte bien, ou en tout cas, se porte mieux. Les chiffres du mois de Juin sont tombés et ils annoncent une augmentation des véhicules vendus pour les deux groupes automobiles français PSA et Renault.

Contrairement aux chutes des ventes au mois de Juin de pays comme l’Espagne (-15%) ou encore le Japon (-13.5%), la France tire son épingle du jeu, notamment grâce à la prime à la casse instauré par le gouvernement Fillon.

 

Le groupe PSA, dont la direction générale à été récemment modifiée, voit ses ventes progresser de 12.7%. Au sein du groupe, avantage a Citroën qui progresse de 15.1%, contre 10.5% pour Peugeot. Selon la direction, le plan de départs volontaires qui a commencé en décembre 2008 sera prolongé jusqu’en mars 2010.

Pour le groupe Renault en revanche, l’augmentation des ventes est moins franche, puisqu’elle s’établit à 5.6% pour le mois de juin.

Il est à mettre en avant le fait que c’est la filiale roumaine de Renault, Dacia, qui tire le groupe vers le haut. La conjoncture a profité au constructeur de véhicules low-cost puisque ses ventes sur un an ont bondit de près de 88%.

 

 

renault

Du côté des titres, l’action Renault gagne 34.8% depuis le 1er janvier 2008. L’action avait touché le fond au début du mois de mars 2009, avec un cours en dessous des 11euros. Le titre Peugeot quant à lui est meilleur élève puisqu’il affiche une hausse de 46.1% sur la même période.

 

 

Les investisseurs restent tout de même prudent sur le secteur, notamment avant la publication des résultats et dans l’attente d’indicateurs plus déterminant sur une éventuelle reprise économique et donc, de la demande de véhicules. Ainsi, le Crédit Suisse a abaissé son objectif de cours pour Peugeot de 26 à 23 euros, en raison d’une attente d’une baisse des résultats.

 

« Le spécialiste indique que même si les valeurs automobiles européennes restent bon marché, le secteur est porteur de risque en raison de la diminution des mesures d'incitation au remplacement des véhicules anciens, (type prime à la casse en France). Ainsi, l'intermédiaire n'attend pas de reprise de la demande avant 2010 » (source Boursorama).

 

En conclusion, on attendra encore avant d’affirmer que le secteur auto est en reprise. Les prochains mois seront décisifs. Seul hic au compteur, le prix de la prime à la casse pour l’Etat français ?