La récession laisse place à l’optimisme, voire à l’euphorie.

 

Sur le court terme, l’économie mondiale voit la récession (qui l'a si durement frappé) perdre de plus en plus de terrain. Le PIB US pour le T2 est sorti aujourd'hui à -1%, ce qui laisse présager un retour à la croissance pour le T4, voire peut être même une croissance flat pour le T3. A Paris, les résultats annoncés par de nombreuses sociétés ont plus que rassurer puisque hier, jeudi 30 Juillet, le CAC40 a atteint le plus haut niveau de l’année, à 3435 points.


Même si l’ensemble des résultats annoncés était en baisse, ils l’étaient dans des proportions relativement faibles. Ainsi, Air Liquide annonce un bénéfice net en baisse de 0.8% pendant que France Telecom enregistre une baisse de 4.3% de son bénéfice net. Cap Gemini prévoit pour 2009 un repli de son chiffre d’affaire compris entre 3 et 4%. Bref, pas de quoi plomber le moral des investisseurs.

D’autres sociétés ont fait encore mieux, puisque EDF par exemple, a fait état d’un chiffre d’affaire en hausse pour le premier semestre 2009 de + de 8%.


Cela dit, la semaine aura également été marquée par les annonces des résultats de nos deux constructeurs automobiles Renault et PSA. Respectivement sur les six premiers mois de 2009, Renault enregistre une perte assez lourde de 2.7 milliards d’euros (les résultats de Nissan n’ayant pas aidé) tandis que PSA fait état d’une perte de 962 millions d’euros.

 

 

Globalement, je pense que les marchés avaient anticipés ces résultats, notamment dans le secteur de l’auto que l’on sait depuis longtemps fortement heurté depuis le début de la crise économique. Pour preuve, malgré des résultats dans le rouge, l’action Renault a gagné + de 5% cette semaine du 27 Juillet.

 

Une bonne nouvelle qui en entraîne une moins bonne…

Nous assistons actuellement à un rallye vers le haut des bourses mondiales. Selon moi, il s’agit là d’une bonne et d’une mauvaise nouvelle.


D’une part, cette remontée des marchés témoigne d’une confiance regagnée par le recul progressif de la récession. Indicateurs macro-économiques et résultats d’entreprises délivrent un sentiment fort d’optimisme. Les bourses mondiales ne retrouveront pas a priori (sur le court terme en tout cas) les niveaux bas de ces 6 derniers mois.

Mais cette tendance haussière (presque euphorique en cette fin de semaine) témoigne également de l’oubli progressif par l’opinion général de la crise que l’on a connu. Aucun politique, économiste ou PDG ne donne l’impression que la « grande crise » ait changée quoi que ce soit. Les rémunérations à Wall Street ont encore très récemment débat, preuve que le G20 n’a permit aucune réelle prise de conscience générale.


Que faudra-t-il qu’il advienne pour que notre système économique change sur le fond et s’assainisse ? J’ai bien peur qu’un jour le capitalisme arrive à bout de souffle si ce modèle économique n’est pas repensé, refondé.