C’est le feuilleton automobile de cet été : comment le constructeur de voiture de luxe Porsche va-t-il financer son endettement ?

En effet, après avoir acquis 51% du capital du groupe Volkswagen (plus important groupe automobile européen), Porsche s’est beaucoup endetté, à hauteur de 9 milliards d’euros. Seulement, pour pouvoir repartir au moment où la demande globale refera son retour, Porsche a besoin d’alléger cette charge d’endettement.

 

Jusqu’à présent, deux choix se sont offerts à Porsche :

- Le premier, le rachat du constructeur de luxe par Volkswagen à hauteur de 49,9% pour un montant estimé à 8 milliards d’euros. Jeudi, selon le Financial Times Deutschland, les deux parties seraient tombées d’accord sur cette opération. Les salariés de Porsche quant à eux, sont prêts à se battre autant qu’il le faudra pour ne pas se faire « manger » par le géant Volkswagen : l’argument principal est qu’on ne peut faire fusionner deux maisons totalement différentes et mettre en péril 11 000 salariés qui ont réalisé depuis de nombreuses années des performances exceptionnelles. Ils menacent d’ores et déjà de faire grève si la fusion venait à se faire.

 

- La seconde solution s’offrant à Porsche vient tout droit de l‘émirat du Qatar et de son dirigeant, le cheikh Hamad ben Khalifa al-Sani. Le Qatar serait prêt à offrir 7 milliards d’euros pour obtenir 25% du capital de Porsche, ainsi que la totalité des options sur actions Volkswagen détenu par Porsche.

Aux dernières nouvelles, même si les propriétaires de Porsche opteraient (selon la presse) pour la fusion avec Volkswagen, la saga n’a pas fini de faire couler de l’encre selon moi. Affaire à suivre …

 

 

2009_05_07T124920Z_01_APAE5460ZMF00_RTROPTP_3_OFRBS_PORSCHE_VOLKSWAGEN_20090507