C'était l'objectif principal de Nicolas Sarkozy lors du G20 de Pittsburgh, organisé il y a quelques jours : trouver un consensus à la question sensible mais plus qu'importante des bonus dans le secteur bancaire. Et on peut le dire, même si cela est encore prématuré, c'est une petite victoire pour la France.

Effectivement, un accord a été trouvé entre les 20 pays les plus riches et développés du monde et les pays en voie de développement. La règle sera, si elle est appliquée, simple : une banque ne pourra verser des bonus à ses salariés uniquement si ses fonds propres sont jugés suffisants. A mon sens, même si je comprends la difficulté du problème, cette règle reste encore trop laxiste. Comment fixer le plafond a ne pas atteindre ? A quel niveau les fonds propres d'une banque peuvent-ils être jugés suffisants ?

En tout les cas, plus d'un an après la faillite de Lehman Brother, il était temps que les gouverneurs du monde entier se penchent réellement sur la question.

C'est donc je pense une victoire politique pour Nicolas Sarkozy, d'autant plus que l'accord trouvé sur les bonus des opérateurs de marché (traders) a été calqué sur les normes déjà en vigueur en France depuis cet été, à savoir :
- un système de malus en cas de non-performance
- un versement différé sur 3 ans
- pas de garanti de bonus au delà de 3 ans.


D.T