Après avoir défini brièvement (dans un article précédent) ce qu'était l'inflation, comment elle naissait et par quelles politiques nous il était possible d'agir, je voudrais aujourd'hui expliquer pourquoi c'est une nécessité de lutter contre l'inflation.



euro



Voici 5 raisons précises qui justifient la lutte contre l'inflation :

- Inégalité sociale : L'inflation ne va pas toucher les ménages de la même façon. Les classes aisées dirigent généralement leur épargne vers des placements plutôt risqués donc ... rémunérateurs. Les classes moyennes quant à elles, quand elles pourront placer leur épargne, elles le feront sur des placements peu risqués (exemple : Livret A) donc, peu rémunérateurs.
De plus, les pouvoirs en terme de négociation de salaire sont plus importants chez les classes aisées. Ce pouvoir est très rigide, voir immobile chez les classes moyennes.

En période d'inflation, les classes aisées seront mieux couvertes et donc moins affectées par la hausse des prix.

- Les taux d'intérêt augmentent : Les préteurs de capitaux (ex : banques) vont se protéger de l'inflation en augmentant leurs taux. En période d'inflation, la garantie de remboursement est moins élevée. Ceci explique cette réaction par la hausse des taux. Le coût de l'emprunt augmentera donc, et les liquidités seront plus difficiles à obtenir.

- Consommation réduite : Avec des taux d'intérêts élevés, l'emprunt est cher, mais les placements plus attractifs ! Les ménages vont donc réduire leur consommation, au profit de leur épargne. Sauf que l'épargne, c'est de l'argent qui "dort". La baisse de la consommation, véritable pilier de croissance, aura des conséquences néfastes sur l'activité nationale.

- Investissement réduits : Le schéma n'est pas plus positif pour les entreprises. Le coût du crédit étant devenu trop élevé, les entreprises vont réduire leurs investissements (car pour investir bien souvent, il faut emprunter). Or, l'investissement, tout comme la consommation, est une des composantes principale de la croissance.

- Exportations réduites : Enfin, dans la suite, la hausse des taux d'intérêts aura pour effet d'augmenter la valeur de la monnaie. Les placements, en vue du niveau élevé des taux, seront attractifs. Cela attirera les capitaux étrangers (qui vont là où le capital est le mieux rémunéré). Une monnaie recherché, sollicité, prend de la valeur. Or, avec une monnaie forte, on baisse le niveau des exportations. Les pays désireux d'acheter nos produits, devront payer plus cher qu'en temps normal.


Ces raisons, même s'il y en a d'autres, justifie l'extrême nécessite de lutter contre l'inflation. En effet, en s'attaquant directement à la consommation, à l'investissement des entreprises ainsi qu'aux exportations, l'inflation touche directement la croissance, l'activité économique.

En Europe, la Banque Centrale Européenne est très attachée au principe des 2% d'inflation. Aucun pays membre ne doit de surcroit avoir une inflation supérieur à 1,5% de la moyenne des 3 meilleurs pays en terme de taux d'inflation.
Jean-Claude Trichet, président de la BCE, affiche bien souvent une orthodoxie monétaire stricte, due en partie à une peur de l'inflation. C'est d'ailleurs l'une des raison pour laquelle, pendant que la FED opte pour une politique de taux 0, la BCE baisse des taux de façon plus mesurée, par crainte d'un risque inflationniste (une baisse des taux prédit en général un retour à l'inflation).